Revoir C dans l’Air du 17 septembre 2012

Attention cette vidéo a été mise en ligne il y a plus de sept jours, il est possible qu'elle ne soit plus disponible en replay . Ce billet est donc uniquement à titre informatif .

La vidéo pour revoir C dans l’air du lundi 17 septembre 2012. L’émission diffusée sur France 5 et animée par Laurent Bazin était titrée : Petits cadeaux aux Verts . Les invités pour débattre sur ce thème étaient : Jean-Marie Chevalier, Stanislas Grenapin, Michèle Rivasi, Claude Allègre.

le lien de la vidéo en streaming sur le site pluzz.fr : http://www.pluzz.fr/c-dans-l-air-2012-09-17-17h48.html

Laurent Bazin - C dans l'air - 17 septembre 2012

Partagez sur: Facebook Twitter Google+

Votre avis ou votre question sur Revoir C dans l’Air du 17 septembre 2012

1 Commentaire sur Revoir C dans l’Air du 17 septembre 2012
par Courtial,

Claude Allègre est impossible. Il veut à la fois prendre la position de l’expert et celle du politique.
Tout le début de son intervention est très désagréable pour le Président : il se moque de son expertise scientifique (« ce que pense François Hollande en science, je m’en soucie autant que ce que pensais Louis XIV en sciences », dit-il à peu près ?) et par ailleurs il conteste sa légitimité politique (« c’est pas la monarchie, ce n’est pas l’avis d’un seul », etc.)
On aimerait ne pas avoir à rappeler à M. Allègre que François Hollande est tout de même devenu, à la suite de nombreuses élections dans des exécutifs locaux ou nationaux, Président de la République. Ceci étant assez récent. D’autres ont eu des carrières ministérielles qui n’étaient que le fait du Prince – appelez-le Lionel, pour prendre un prénom par hasard -, du copinage, et qui n’ont jamais affronté le suffrage de leurs concitoyens et commettants. Les seconds devraient se montrer bien plus circonspects sur les questions de légitimité politique. Ils ne devraient pas évoquer la monarchie et d’autres arguments en forme de boomerang.
Il est fort gênant par ailleurs que M. Allègre n’ait pas perçu ce qui distingue la politique et la technique. On peut compter des nombres d’emplois créés par l’extraction des gaz de schiste, mais quand d’autres auront mis en face le même nombre d’emplois créés pour la dépollution (de la même industrie), est-ce que ce sont les experts avec leurs chiffres (physiques, mathématiques, économiques, etc.) qui vont décider de quoi que ce soit ? Et même si c’était le cas, est-ce que ce serait légitime ?